Toi que l'on a aimé


Ce poème est dédié à mon grand-père qui est décédé le jeudi 5 février 2004 d'un cancer.

Toi que l'on a aimé

Toi que l'on a aimé...
Tu ne meurs pas vraiment
Tu voyages si loin
Et c'est pour si longtemps
Que l'absence a soudain un goût d'éternité
Et que le désespoir s'installe à nos regrets

Toi que l'on a aimé...
Tu ne prends pas de rides,
Mais parfois ton prénom a un tel goût de vide
Que l'on reste immobile aux frontières du silence
Et que nos nuits s'étoilent de désespoir

Toi que l'on a aimé...
Tu nous parles à voix basse
Pour que tous nos regrets,
Tous nos chagrins s'effacent
Pour que reviennent enfin la paix et le sommeil
Et que nos matins gris
S'habillent de soleil

Toi que l'on a aimé...
Moi je veux croire encore
Que tu es près de moi
Et me veilles quand je dors,
Et dans ce ciel d'amour qui nous semble lointain
Tu es comme les anges
Et tu nous tiens la main
On t'aime

Ta petite-fille préférée,
Charlene

Buon natale, Felice anno nuova

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 24 décembre 2004

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.