Les étapes d'un deuil

L'étape du choc (le déni)

  • L'émotion est brutale, comme si on recevait un coup sur la tête.
  • On vit une sorte d'engourdissement qui nous protège de la douleur.
  • En général, le choc ne dure pas longtemps (de quelques minutes à quelques heures).
  • Ce n'est pas le moment de prendre des décisions à long terme.
  • Il est bon d'avoir la compagnie d'un ami.
  • Quand le choc disparaît, la douleur surgit.

L'étape de l'adaptation

  • C'est l'étape la plus difficile et la plus exigeante. Le travail du deuil commence ici.
  • C'est une période de désorganisation, d'intégration et d'adaptation.
  • On traverse une turbulence d'émotions qui épuisent.
  • Il est souhaitable d'aller au fond de sa peine.
  • Il est préférable de ne pas prendre de tranquillisants, car ils peuvent bloquer les émotions.
  • Essayer de se joindre à un groupe de soutien.
  • On est plus vulnérable physiquement, il est bon de consulter un médecin pour prévenir les problèmes de santé.
  • Boire plus d'eau (1/3 de plus que la soif le demande).
  • Faire de l'exercice.
  • Se reposer suffisamment.

L'étape créatrice

  • La guérison s'annonce.
  • C'est une période de reconstruction.L'équilibre émotif est encore fragile, mais le courage revient lentement.
  • Les souvenirs font surface et provoquent tantôt des pleurs, tantôt des rires.
  • Rendu à cette étape de votre deuil, on est en mesure de prendre du recul face à sa douleur : on peut être fier de soi et du chemin parcouru.
  • C'est une étape d'identification et d'exploitation de ses ressources.
  • Les forces déployées dans la traversée de votre deuil redonnent un sens à sa vie. C'est un nouveau départ.
  • On réinvestit son énergie dans de nouveaux projets ou dans la poursuite de ce qui avait été mis de côté.
  • On est en paix avec la personne décédée ; il nous est maintenant possible de la laisser partir.
  • On ne l'oublie pas, bien au contraire. Un lien intense, profond et positif nous unit maintenant à elle.
  • On s'ouvre à nouveau à la vie.