Mon Nicolas chéri, mon petit coeur, je veux aujourd'hui parler de toi, j'en ai la force et le courage...

Mon Nicolas chéri, mon petit coeur, je veux aujourd'hui parler de toi, j'en ai la force et le courage.

Je me souviens de ce jour merveilleux où tu es né, le plus beau jour de notre vie. Papa et moi on a pleuré en t'accueillant. On te trouvait le plus beau de la terre. Tu as toujours été un enfant calme, doux, si gentil, tellement obéissant, tellement rêveur. Tous ces Noëls passés en famille, je me souviens de ta joie immense lorsque tu as reçu ton premier petit vélo. Et tous tes anniversaires, ils sont gravés dans ma mémoire. Et toutes ces belles vacances, tu avais à peine 4 ans et tu faisais déjà de belles randonnées avec nous. Au début tu voulais que Papa te porte au bout de quelques kilomètres. Il te disait au tournant tu vois là bas tu viendras à bras et tu continuais et tu passais ce tournant, tu oubliais ta fatique. Tu adorais la nature et les animaux. Notre petit chat qui était si proche de toi et que tu aimais tant.

Tu as eu une nounou formidable, elle t'écoutait beaucoup je crois, tu étais son petit Nico, le soir tu serais bien volontiers resté avec elle. C'était le bonheur de te retrouver après mes journées de travail. J'ai longtemps culpabilisé de ne pas t'élever moi-même, mais je devais travailler avec papa pour nous assurer une belle vie.

Ta première rentrée des classes, quelle histoire, tu étais tout fier et moi je pleurais tout ce que je pouvais. Le même jour on entrait dans notre nouvelle maison. Combien de souvenirs me reviennent de tous ces moments merveilleux passés avec tes copains dans la cité. Mickaël et Nicolas les petits voisins, vous formiez une sacrée équipe tous les trois. Tu as passé toute ta scolarité à l'école de notre village, tu faisais de ton mieux, on travaillait souvent à deux le soir. Tu avais beaucoup de courage mais moi je n'arrivais pas toujours à te guider comme l'auraient fait tes instituteurs. J'aurais tellement aimé t'apporter plus à ce moment-là. Avec toute ta volonté et tout ton courage tu as réussi à décrocher ton examen. Comme tu étais heureux, tu as fait une belle fête avec tes copains. Tu as trouvé du travail immédiatement. Tu sais, nous avons toujours été fiers de toi, de ton courage et de ta persévérance, de ton investissement pour les autres. On aurait dû te le dire plus souvent.

Puis un beau jour, nous étions en vacances, tu nous as téléphoné pour nous annoncer que tu avais rencontré une fille super. Tu voulais nous la présenter dès notre retour. Et nous avons connu Lu, je peux le dire elle a fait entrer le soleil dans notre vie, elle t'a apporté tant de bonheur. Tu t'es ouvert à la vie, tu es sorti de ta solitude, on n'arrivait pas à croire que tant de joie entrait dans notre maison. Lu, merci pour tout le bouleversement que tu as apporté dans la vie de Nico, merci de tout l'amour que tu lui as donné, pour tous ces beaux voyages que vous avez faits ensemble, Vous aviez tant de points communs tous les deux. Pour moi qui rêvais d'avoir une fille j'aie été comblée.

Et ce fameux jour où vous êtes venus nous annoncer une grande nouvelle, vous aviez décidé de vous marier. Encore un grand bonheur pour nous, on ne s'y attendait pas si vite. Avec Martine et Christian on a préparé ce beau mariage, vitesse grand V et on a réussit à trouver ce que vous attendiez tous les deux. Jamais nous n'oublierons ce jour-là, c'était le plus beau jour de votre vie et le nôtre aussi par la même occasion.

Lu, j'ai aussi tellement de souvenirs de ces années passées à la maison quand tu étudiais à l'école d'infirmière. Combien de fous rires on avait toutes les deux, tu en avais du courage. Tu tenais à réussir du premier coup à tous tes examens et tu as réussis ; encore du bonheur pour nous tous, Nico était fier de toi tu sais.

Nous nous souviendrons toujours aussi de ce fameux après-midi du 11 novembre. Vous êtes venus à la maison, Lu tu nous as dit « J'attends un bébé ». Nous avons explosé de joie, nous avons pleuré tous les quatre comme des fous. L'arrivée de Thibaut dans votre petit nid douillet ce n'était que du bonheur. On ne loupait pas une semaine pour aller le voir et on le trouvait changé à chaque fois. Mon Nico, tu étais si fier de ce petit bonhomme, tu faisais de tels projets, Titi était déjà inscrit aux bébés nageurs, tu avais également prévu ces prochaines vacances début décembre. Tu parlais même de son avenir, avec Lulu vous aviez décidé de l'inscrire en école privée pour lui assurer une bonne éducation.

Tu montrais une telle joie que nous sommes passés à côté de ta souffrance. Comme d'habitude tu ne voulais inquiéter personne. Tu gardais tout pour toi. Tu as décidé de fermer le livre de ta vie, nous respectons ton choix.

Tu sais mon Nico, Papa et moi on s'est juré de veiller sur Ludivine et Thibaut. Ils sont maintenant notre raison d'exister, nous ferons de notre mieux pour les aider. Papa et moi on a aussi une grande mission à remplir. On doit dire comment tu étais à Titi, on doit lui rappeler tes souvenirs de jeunesses, tes joies, tes passions. Il doit savoir que tu étais un garçon merveilleux qui nous a donné un amour immense.

Tu seras dans notre coeur gravé pour toujours. Nico nous t'aimons et t'aimerons toujours.

Maman - Papa

Mamie Paule
Sainte-Catherine (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 24 avril 2012

Commentaires (2)

Mamie Paule,
Votre Nicolas doit être bien fier de vous...
Amicalement.
Martine (Maman de Maxime envolé le 3 mai 2009)

Martine (Marianne 69), 14 mai 2012

Merci martine,
Je ne sais pas si Nico est fier de moi, mai moi j'étais fière de lui, j'aurai du lui dire plus souvent. Son absence est si difficile à supporter.

Courage à toi Martine.
Mamie Paule

mamie paule, 26 août 2012

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.