J'ai l'impression de vivre un cauchemar...

J'ai l'impression de vivre un cauchemar. Mon père est malade depuis de nombreuses années (BPCO). J'ai en quelque sorte du prendre sa place au niveau administratif. Je me suis sentie parent fiée assez jeune. Je me sentais de le protéger, de faire au mieux, qu'il soit le mieux possible. Mais durant toutes ces années, je n'ai jamais pensé réellement à la mort. Étant infirmière, je pensais pouvoir tout prévoir et surtout trouver des solutions à tous ses maux. Mais j'ai échoué.

L'année passée, on a diagnostiqué un cancer ORL au stade initial à mon père. Nous avons décidé après diverses discussions de le faire opérer. Tout s'est bien passé, mais dans la nuit il a fait un arrêt cardio-respiratoire. Je pense que le manque d'oxygène a du jouer un rôle dans sa convalescence. Il n'était plus le même. Je n'arrivais plus à lui donner la hargne de vivre, de se battre pour ses petits enfants, de vivre encore plusieurs années auprès de nous. Je me suis petit à petit épuisée, j'étais toujours en colère avec lui. Je m'en voulais de ne pas trouver les mots justes. Je ne savais plus quoi faire. Mais jamais je n'avais pensé à cette issue.

Malheureusement, mon père pensait être en sécurité à l'hôpital. Je me suis trouvée par le fruit du hasard à l'hôpital la veille de son décès. J'ai fait un foyer pulmonaire avec une pleurésie.

Je me vois encore le matin en apprenant la nouvelle. J'ai cru qu'un 40 tonnes m'était passé sur le corps. Moi si contrôlée, je ne savais plus où j'étais. Je me croyais dans une autre dimension. Je voulais le voir. Le voir, le toucher, ne plus le laisser seul. Je me sentais si démunie, si lamentablement lâche de ne pas avoir été là. Il a dû mourir seul. Ou peut-être ne voulait-il pas de nous, nous infliger ce départ ? Je ne sais pas...

J'ai pris mon courage à deux mains et je n'ai pas pu me mettre par terre à pleurer, pleurer, pleurer. Je veux vivre mon deuil de fille. Ne pas être toujours la plus forte, la plus brave, je veux qu'on me berce, je veux mon papa...

Je me sens si démunie, une douleur si forte, si diffuse. Une déchirure morale. Une plaie béante dans mon cœur. Une envie de lui demander pourquoi il nous a laissés. Après tout ce que j'ai fait pour lui. Il n'avait pas le droit de nous laisser. De me laisser... que vais-je faire sans lui... sans ses manies... ses envies multiples comme les enfants du dernier jouet à la mode... de ses bricolages à la Mag Gyver... de ses fils et aiguilles... même de ses cigarettes, sa maîtresse envers et contre tout...

Il a préféré la cigarette à sa famille, à moi, à mes enfants. Je ne pouvais l'accepter qu'il se détruise, qu'il se laisse aller. Lui si près de son hygiène, de son apparence, il se laissé aller. Mais pourquoi ? qu'avait-elle plus que nous ? tu nous l'as pris et maintenant on se sait plus quoi faire.

Je ne pensais après le choc de ta mort être toujours à tes côtés. Je me levais le matin, je venais te voir à la crypte. Te savoir encore seul me déchirait le cœur. Quant on a fermé le cercueil... j'ai vraiment compris que je n'allais plus te revoir sur cette terre et là je me suis sentie tombée dans le néant. Comment vais-je faire sans toi ??? je me sens si déboussolée. Je n'ai plus de repères. Nous vivions une vie tranquille au fil de tes hospitalisations, tes caprices, tes bronchites.... Mais nous étions unis. Et maintenant, un pilier n'est plus. Comment se reconstruire ?

L'abandon. Quel mot horrible. Tout le monde dit avec le temps, mais entre-temps que c'est dur. Je suis molle, triste, et seule avec ma douleur. Je voudrais pleurer, mais des fois mes yeux n'ont plus de larmes. Je pleure peut-être toutes ses années de galères et de combat face à la maladie. Je me sens battue, vaincue...

Coletta
Sion (Suisse)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 21 mars 2009

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.