Chère maman, Voilà déjà un an que tu nous as quittés...

Chère maman,

Voilà déjà un an que tu nous as quittés. Comment exprimer dans mon désespoir ton absence aussi profonde que ce silence qui m'envahit tous les jours ? Nous tes enfants le vivons à l'unisson... Oui tu nous manques beaucoup... Surtout ta douce voix mature et réconfortante, tes conseils de mère... Tu te souciais de nous plus que nous-mêmes.

Ce vide de ta douce personne résonne dans ma tête de tendres souvenirs que je ne peux oublier. Il est difficile d'accepter dans la vie cette mort qui sournoisement nous enlève la personne la plus précieuse à nos yeux. Quelle injustice ! Bien que nous ressentions cette profonde nostalgie de ton départ, nous devons nous résigner, car la mort fait partie de la vie. À tour de rôle on doit abandonner ce corps meurtri par les années.

Puis ton tour est venu... Tu avais compris qu'il était temps pour toi de tirer ta révérence. Mais dis-toi bien que nous sommes fiers de ce que tu as accompli ici-bas... Car tu as toujours donné le meilleur de toi-même. Tu t'es investie corps et âme avec papa afin que notre famille subsiste.

Lorsque je pense à toi je respire aussi de vie et de résurrection. Dans ce jardin enchanté que tu habites maintenant, je sais très bien que tu as retrouvé tous tes proches disparus. Ton mari, tes parents, frères, soeurs, cousins, cousines... J'envie ton nouveau paradis, car il n'y a plus de tourments là-bas. Je suis certain que toi et papa attendez notre retour. Soyez patients... Vos enfants, vos petits-enfants reviendront à la maison près de vous. Nous passerons toutes et tous des ténèbres à la lumière.

Ton fils qui t'aime,

Nelson
Montréal (Québec)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 11 avril 2009

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.