Bientôt un an, mon fils...

Bientôt un an, mon fils. C'est le premier anniversaire de ton départ, Thomas. Le 2 septembre. Et je me demande si on aura le courage.     Tu sais, cela fait tant et tant de jours qu'on lutte contre notre émotionnel. Pour garder les pieds sur terre tout en ayant notre âme avec toi. Drôle de sensation... Mais on ne veut pas te quitter, tu ne le voulais pas non plus. C'est notre résistance à nous, tous tes proches, te garder dans notre cœur et continuer à penser que tu étais vraiment le fils idéal, le super copain.

Tous ceux qui te connaissaient ont beaucoup perdu. Mais les regrets abîment l'amour... Alors nous lutterons encore pour toi, pour ton souvenir et tresserons en ton honneur une immense couronne de tendresse et d'amitié. Et puis on aura tous aussi, comme un grand merci, ton si doux regard, ton si joli sourire. Comme un antidote magique à l'accident de fer, de feu et de sang d'un 2 septembre 2000, sur la route du petit village...

Thomas, on t'aime et tu es toujours là. Autrement.

Je signe Florence, ta maman, mais ces mots sont écrits au nom de tous ceux qui t'ont connu et aimé au long des quinze années de ton passage sur la petite île Terre !

Florence
Mudaison (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 août 2001

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.