Ma belle Marielle, Cinq mois aujourd'hui que tu quittais ce monde...

Ma belle Marielle,

Cinq mois aujourd'hui que tu quittais ce monde, cinq mois que je tente tant bien que mal de surmonter cette épreuve, même si je sais très bien que c'est notre destinée à tous ; le mal se fait sentir à chaque souvenir, il surgit sur un air de musique que tu appréciais, et il mord très fort si par hasard je tombe sur une de tes photos ou si je me rends à un endroit que nous fréquentions. Malgré ce que j'ai pu prendre pour des preuves, sûrement le fruit de mon imagination et de mon désir, j'ignore si tu es présente, et surtout, j'ignore si tu es bien, et c'est ce qui me fait le plus mal. Je fonde mon espoir sur ma spiritualité, mais les doutes m'envahissent parfois.

Si tu es en mesure d'être témoin, tu sais que je fais de gros efforts pour poursuivre ma vie sereinement, que j'essaie de reconstruire sur mes ruines, que j'essaie d'aimer à nouveau sans blesser les personnes qui me sont chères, mais tu sais aussi que j'ai failli souvent. Si tu le peux et si tu le veux, aide-moi à trouver une certaine paix.

Quant à moi, je te conserve dans mon cour et je prie pour ton bien-être en permanence. Puisse-tu, ma Belle, reposer sereinement dans la lumière et l'amour.

Maurice qui t'aime et t'aimera toujours.

Maurice
Montréal (Québec)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 25 juin 2008

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.