Où es-tu, toi qui disais que tu retournerais dans le cosmos...

Où es-tu, toi qui disais que tu retournerais dans le cosmos...

     Où es-tu, toi qui disais que tu retournerais dans le cosmos quand tu allais mourir, tu nous demandais de regarder la croix du sud et tu y serais. Je le fais souvent depuis que tu nous as quittés et me console plus ou moins que tu nous vois.

Ô mon amour, si j'avais su que tu partirais si vite, je t'aurais montré comme je t'aime ! Je regrette tellement et mes regrets me tuent à petit feu. Je sais que tu m'as beaucoup aimée malgré tout, je ne cesserai jamais de t'aimer comme je te l'ai dit à ton lit de mort.

J'ai dans ma mémoire tes derniers soupirs et je demande à Dieu de me donner la paix et le courage de vivre sans toi - tu étais le 3/4 de moi-même; sans toi, je suis rien; tu étais mon tout.

Mon amour ! mon amour ! pendant 56 années nous avons vécu ensemble - je n'en peux plus !

Maryse
Melbourne (Australie)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 4 octobre 2006

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.