Songe

Songe

Il me manque comme une enfant
Qui n'a plus de parent
Je deviens l'orpheline
Qui se balade dans la nuit
L'esprit en tourment

Son cœur je le devine
Je le dessine en parlant
Avec des couleurs vives
Qui me parle de nos printemps

Je revois ses yeux qui brillent
Près du feu de ses enfants
Et là il frémit
A l'idée de nous voir si grands

Je parle de lui à tous les temps
Je parle de lui à tout vent
Besoin de ressentir son présent
Sans tristesse et furtivement

C'est dans ses sourires
Que je vois le mieux
Et je me mets à vivre
Ce que j'ai de précieux

Je pose les questions
Et il y répond
Avec toute son attention
Je me sens libre de mes émotions

Ces paroles étaient vraies
J'ai fait semblant de ne pas les attendre
Peur de trop pleurer
Et tomber dans la souffrance

A présent, il n'est plus là
Hélas, il avait raison
La vie est éphémère
Et nous laisse un goût amer

Derrière un souvenir trop pesant
Qui nous guide et nous suit
Bien trop souvent

Besoin de chair et de toucher
Que la mort ne peut nous apporter
Trop cruelle est celle
Qui emporte la vie
Et nous restons seuls sans vie

Tendres les images du passé
Qui nous font réfléchir au présent
Et nous crèvent le cœur en passant
Dans un futur oublié

J'ai du mal à concevoir
Cet avenir incertain
Que je crayonne sans ses mains
A l'aide de nos jolis refrains

Alors j'invente et me déguise
Je joue des rôles et me déshabille
Dans ce domaine je deviens une artiste
Je marque mon cœur de la couleur de la vie
Et je crie au monde entier quelle injustice !

Son sourire c'est mon âme
Ses désirs c'est ma vie
Ses conseils me devinent
Son âme c'est mon espoir
Son image me fait vivre

Puisqu'à présent il est aussi grand que le ciel
Alors moi aussi je deviens mienne
Et je m'enfonce dans son ciel

À mon père

Isa
Marseille (France)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 13 octobre 2004

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.