Mon deuil se fait, et j’accompagne ma fille dans le sien

Mon deuil se fait, et j’accompagne ma fille dans le sien

Veuve depuis 2 ans et trois mois, une fille de 17 ans maintenant, je ne donnerai aucun conseil ni aucune leçon, chacun vit sa douleur, le manque à sa façon.

J’accompagne un ami qui vient de perdre sa femme (45 ans, 3 enfants entre 12 et 17 ans). Nous discutions dernièrement de ce statut « veuve, veuf » ce mot si plein de sens qui nous renvoie à notre douleur, au fait qu’il n’y a plus l’autre pour nos enfants. Pour nous, ce statut qui semble faire de nous des êtres bizarres car quand ce mot est prononcé et il l’est souvent au cours de toutes les démarches successorales et même dans le quotidien, la réaction des gens est comme un coup de poignard supplémentaire. Et en même temps ce mot si affreux est le témoin de notre douleur. C’est très ambigu.

Je ne me suis pas séparée des affaires de mon défunt mari, je repousse sans cesse ce moment, j’attends d’être prête. Le serai-je un jour ? Une chose est sûre, son souvenir, notre amour, nos souvenirs et tout ce qui a fait nos 20 ans de vie commune reste dans mon cœur. Il m’a donné tellement, notre vie a été si riche, nous étions si complémentaires. J’ai mis mon alliance à ma main droite pour qu’il continue à m’accompagner, je me sens toujours sa femme comme il aimait à le dire avec des yeux brillants de fierté et en même temps, je me sens disponible pour vivre autre chose. Tout ceci est tellement déstabilisant.

Mon deuil se fait, et j’accompagne ma fille dans le sien et dans sa maladie (troubles anxieux et dépression avec des passages suicidaires). Il n’est plus là ni pour elle, ni pour moi, alors, on avance comme on peut et chaque jour est différent. J’aime à dire qu’on apprend à marcher avec nos cailloux dans nos godasses. Ces épreuves nous façonnent et profitons pour en extraire le sens et l’essence et devenir de meilleure personne car nous le savons et l’éprouvons maintenant, nous ne sommes que de passage alors laissons une empreinte positive, le meilleur de nous. Nous ne referons pas nos vies, nous ouvrons de nouveaux chapitres car le passé fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. J’ai une pensée pour toutes les personnes qui ont perdu un être cher : enfants, époux, épouses, parents.

Estelle

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 27 mai 2022

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.