Mon cerveau m’abreuve de situations où nous étions ensemble

Mon cerveau m’abreuve de situations où nous étions ensemble

Ma compagne est décédée d’un cancer le 20 juillet 2021. Je l’ai accompagnée tout au long des soins, je suis resté avec elle à la clinique tous les jours, j’étais son accompagnant. Nous nous aimions beaucoup, des projets, etc. Elle est partie sa main dans la mienne.

Les 3 premiers mois, j’avais l’impression que ça allait un peu mieux, et puis là, depuis 15 jours, je pleure tout le temps. J’ai pris rendez-vous avec la psy de la clinique, je la verrai bientôt. Mais là je pense à elle tout le temps. Des fois j’arrive à y penser et à ressortir du positif, mais là c’est extrêmement dur pour moi. Je n’ai plus de projets à deux. J’ai un contrecoup je crois, j’ai plein de symptômes. Je veux m’en sortir, mais là je pleure et je mouche tout le temps. J’arrive à faire des pauses, je sors certains soir pour moins pleurer, je rencontre du monde, mais même, quand je sors je pense à elle.

On faisait tout ensemble, et maintenant je fais tout sans elle. Elle est plus là, je n’arrive pas à contrôler mon chagrin et ma détresse. Je n’ai jamais ressenti ce trouble puissant. Son visage, son sourire me hantent, mon cerveau m’abreuve de situations où nous étions ensemble. Dans toutes les activités que je peux pratiquer, je n’arrive plus à positiver. Je sais qu’elle est morte et enterrée, mais bon, ça devient difficile de vivre sans elle à mes côtés. Nous espérions tous les deux que nous vaincrions ensemble cette maladie. Elle est partie à 51 ans, une femme formidable, on avançait à deux, et là, elle n’est plus là. Et ça passe pas, je ne m’en sors pas. J’attends beaucoup de cette rencontre avec la psy dans 10 jours. Je suis conscient que seul je vais sombrer, elle n’est plus là.

Je ne veux pas sombrer, mais les témoignages que j’ai lus ne sont pas encourageants. Chaque jour je m’enfonce, je me bats, je travaille pour moi, donc je travaille un peu. On travaillait ensemble, on était bien, puis la maladie est arrivée, là je sais qu'elle est morte. Je suis quelqu’un de positif, mais là j’avoue, je me sens pas la force, je compte beaucoup sur la psy.

Bref elle est plus là.

Joseph
Béziers (France)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 9 novembre 2021

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.