Voilà quatre mois que tu m'as quittée...

Quatre mois que tu as eu ce geste désespéré, quatre mois que ma vie s'est arrêtée. Nous avions tous les deux 19 ans, on s'est connus il y a presque deux ans, tu m'as fait connaître l'Amour, tu m'as fais vivre, pleurer, sourire... et t'aimer. J'étais fière de toi.     Je savais que tu étais fragile, je savais. Je voulais t'aider, j'ai essayé, mais apparemment je n'ai pas réussi. Ce 17 août, quand le téléphone a sonné... mon coeur a cessé de battre. Et lorsque je t'ai vu allongé l'air serein, mon âme entière s'est brisée.

Tu n'avais pas le droit. Tu n'avais pas le droit ! Désormais et pour toujours, je resterai brisée, glacée à l'intérieur. Tu étais mon amour, je t'aimais depuis la première seconde où je t'ai vu et bien plus encore. Tu étais mon ami, le seul, l'unique. Je croyais en toi. Désormais, plus personne ne te remplacera.

Mon ange, je pense à toi chaque jour. Je t'aime et je t'aimerai toujours... Mais sache que je ne peux pas accepter que tu te sois suicidé. Je m'engouffre, mais j'ai confiance, je sais que tu m'attends... et que si je ne réussis pas, tu ne seras pas content. C'est toi qui me donnes la force de continuer, car je te sens vivre en moi. Mais sache que pour toujours, tu as brisé ma vie...

Je t'aimerai toujours.

Anna
Ariège (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 22 décembre 2003

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.