Ton papillon s'est envolé

M'empêcher d'aimer durant des mois,
Parce que mon cœur ne pouvait pas te quitter
Me cacher en frôlant le bonheur que la vie m'offrait
De peur que le train ne redémarre sans toi

Ne pas pouvoir avancer ni accepter cette absence
Rester là, sans défense aspirée par l'obscurité
Souffrir jour après jour en s'efforçant d'avancer
Sans comprendre et sans pouvoir supporter le partager.

On tire les rideaux, on ferme les yeux,
On fait l'effort de donner l'illusion d'être heureux
On oublie l'essentiel, l'important, celui qui nous tend ses bras
Que l'on entraîne égoïstement chaque un jour un peu plus bas

J'ai bien failli tout perdre et rester seule face à ma douleur
J'ai eu si peur que j'ai compris le mal qui me rongeait
La colère de ton départ que je n'ai pu supporter
Aujourd'hui je franchis le seuil de la vie pour que l'enfant meurt

Cette enfant abîmée et meurtrie que tu as su soigner
Sort de son cocon et déploie ses ailes tel un papillon prêt à s'envoler
Ce papillon dans mon cœur et sur ma peau à jamais gravé
Symbole d'une vie qui démarre remplie d'espoirs et de projets

Ton papillon s'est envolé vers d'autres contrées,
Très loin d'ici, vers un repos bien mérité
Un jour moi aussi je poserai mes ailes et te rejoindrai
Car je sais que tu seras là pour m'accueillir de l'autre côté.

À ma chère et tant aimée marraine et tatie à jamais dans mon coeur
Ecrit en décembre 2009 (décès de ma tante en février 2009)

Lydie
Talence (France)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 décembre 2011

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.