À toi mon amour, À toi trop tôt parti pour le long voyage sans retour...

À toi mon amour,

À toi trop tôt parti pour le long voyage sans retour. Ce 2 septembre 2008, tu as décidé de nous quitter, sans explications, sans un mot.

Pourtant il me semblait que nous étions heureux avec nos deux filles. Pas de soucis d'argent, ni de santé. Ton travail prenait beaucoup de ton temps et ne nous laissait pas souvent profiter de la vie à quatre, mais nous l'acceptions. Tes absences, parfois trop longues, me renforçaient dans mon amour pour toi. Chaque année rajoutait une pierre de plus à cet engagement que nous avions pris le 27 mai 1995 de nous aimer pour le pire et le meilleur.

J'avais peur de te perdre avec tous ces déplacements, je pensais à une rivale, jamais je n'aurais cru qu'elle aurait une faucille et qu'elle s'appellerait « la mort ». Tu as choisi de me quitter pour elle, pour cette grande dame. J'espère que là où tu es aujourd'hui, tu es heureux et tu ne souffres plus. Pour moi, ton départ ne peut être que dû à un mal être profond que tu as caché à tout le monde, même à moi.

Chaque jour je me dis que tu vas rentrer, poser tes affaires et me prendre dans tes bras, comme à chaque retour de déplacement, comme la veille de ton suicide. Que s'est-il passé pour que notre vie soit balayée d'un coup de feu ? Que s'est-il passé pour que tu décides de mourir après avoir pris le café avec tes amis ? Quelle force a pris possession de toi au point de ne plus penser à nous ?

Je suis là avec toutes ces interrogations, cherchant dans les photos à retrouver notre bonheur enfui. Certains jours je n'y arrive pas, je voudrais m'endormir et me retrouver auprès de toi. Qu'il est dur mon amour de continuer sans toi, donne-moi la force et l'envie d'y parvenir. Tu étais ce qui m'était arrivé de plus beau avec nos enfants. Je croyais que notre amour serait éternel.

Il ne me reste que mes yeux pour pleurer, mon cœur pour souffrir. J'espère te retrouver quand mon heure sera venue pour reprendre notre histoire là où elle s'est interrompue. Attends-moi sur l'autre rive mon cœur, attends-moi !!!

Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai encore...

Patricia
Mont-de-Marsan (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 février 2009

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.