Toi, le Ghost Rider à qui rien ne faisait peur...

Toi, le Ghost Rider à qui rien ne faisait peur, pourquoi tu ne t'es pas battu ? Ce n'est pas faute de l'avoir dit. Mais ton caractère obstiné a eu raison de toi et ton choix a été fait. Nos fous rires et nos coups de gueules resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Je comprends la souffrance qui te hantait, mais je ne comprendrai jamais ton geste. Ce départ inattendu. Mes larmes ruissellent, mon coeur sanglote et je pense à toi. Toi mon fils adoré, toi qui m'a laissée. Pourquoi as-tu fermé ce livre de ta vie ? Ces chiffres résonnent encore dans ma tête !!! Le 28 janvier 2010... fin du livre page 23... Reste ma mémoire pour faire parler de toi. Et que tous ceux qui t'ont aimé ne t'oublient jamais.

Sache que personne ne peut t'en vouloir. Je t'aime et tu me manques. Mais dans ma douleur, je ne suis pas la seule à souffrir. Tes frères et soeurs, Paco que tu aimais tant, ton papa et toute ta famille, Armand qui te considérait comme son propre frère, avec qui tu as passé de longs moments devant la console de jeux, Damien ton frère de sang, Jean qui s'est tant occupé de toi, puis tous tes autres amis qui sont présents aujourd'hui pour te dire un dernier au revoir.

Alors si la vie te semble plus belle là où tu es, on est de tout coeur avec toi. S'il existe vraiment quelque chose après la mort, alors je garde l'espoir de te revoir un jour.

Au revoir mon Frédo...

Catherine
La Tour du Pin (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 6 septembre 2010

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.