Je suis Ness, j'ai 24 ans et voici mon histoire...

Je suis Ness, j'ai 24 ans et voici mon histoire :

Mon homme m'a demandé d'arrêter la pilule en octobre 2003 ; en janvier 2004 je tombe enceinte. Le bonheur ! déjà !

Puis un midi, pertes de sang, le drame, urgence, écho, mais bébé était toujours là et le coeur battait. J'ai été sous médocs et alitée pendant 15 jours. Visite de contrôle, on me dit tout va bien.

Puis 15 jours plus tard je retourne chez un boucher de gynéco, et là, le drame, il a mis une éternité pour me donner un diagnostic, et je vois pas, et j'entends pas le coeur, et ci et ça... pour me dire que le coeur de bébé ne battait plus. Il n'a pas pu me donner d'explications, rien, il m'a juste demandé si je voulais des anti-dépresseurs et 100 euros, il m'a à moitié envoyée chier car je voulais des explications. J'étais en larmes, folle de rage.

Je suis partie à l'hosto, et là oui en effet plus de battements, j'avais peut-être des jumeaux, j'en ai sûrement perdu un puis l'autre. Mais bébé était toujours là, il a fallu prendre des cachets pendant 3 jours pour évacuer bébé. J'ai eu des contractions non-stop et une hémorragie pendant 9 jours.

J'ai pas voulu reprendre la pilule, je devenais folle, mon couple a tenu mais cela a été dur.

Puis nous nous sommes dit, je reprends la pilule en septembre, nous partons en vacances en août, France/Portugal en voiture, puis pendant les vacances pas de règles... Je n'ose y croire, je me décide à faire un test, + ? Quoi ? j'y crois pas, j'en ai fait 3 et les 3 sont +.   On y croyait pas quand même, on se renseigne pour faire un test mais on nous demande 60 euros, bon ok on attendra en France ! Dès notre retour, labo, prise de sang, j'étais enceinte de 7 semaines. J'y croyais toujours pas... rdv gynéco, écho et oui bébé est là ! Entre-temps mon grand-père était mourant à l'hôpital. Et il est décédé le 1er septembre. Mon bébé m'a aidé à surmonter cette terrible épreuve, j'aurais pas réussi sans mon bébé.

La grossesse se passe, jusqu'à la 11e semaine j'ai angoissé et finalement ... 11, 12, 13, 14, 15... et tout a continué.

Le 9 décembre écho morpho, et là grande joie ! c'est une petite fille !!! Tout va bien, elle est parfaite ! Mais à 23h30, je vais aux toilettes et là je saigne, j'avais des douleurs depuis 2 jours mais je savais pas ce que c'était. Vite aux urgences, et là le drame. À l'écho mon col est ouvert, et ma poche sort. Plus question de bouger d'un centimètre. On m'installe dans une chambre, et je suis restée comme ça 15 jours presque. Sans bouger, ni même me lever, pour me laver ou pour faire pipi.

Les 4 prochains jours seront décisifs, je suis sous perfusion 24/24, pour arrêter les contractions, et  je commence à avoir de plus en plus de fièvre, et ça va empirer, ça casse ou ça passe, mais ça  passe, le 13/12 cerclage, opération délicate mais ça va ouf ! ma fille va bien, le gynéco n'a  pas percé la poche. Je parlais à ma fille encore plus je lui disais que je ferais tout pour elle mais qu'elle tienne bon...

On s'est super bien occupé de moi, tout le monde a été super, et j'épatais tout le monde ! Je faisais à la lettre tout ce qu'on me disait.

Mais 3 jours après le cerclage à 2 heures du matin, je sens du liquide couler, je me dis merde je pisse, c'est quoi ce bordel. Puis ça recommence, j'appelle la sage-femme, je perdais les eaux... Là, le drame... On appelle Gilbert, salle d'accouchement, et là, le début du drame. Décerclage, logiquement, rapide et indolore, là j'y suis restée plus de 2 heures, il trouvait pas le fil tellement il était bien fait. À 5h30 j'étais dans ma chambre. À 8h30 le gynéco vient me voir pour me dire que j'ai une infection, et que c'est dangereux pour moi et trop tard pour ma fille pas de réa possible à 23 semaines et avec l'infection... impossible, je dois en plus accoucher, et sans péri car j'ai cette infection. L'horreur.

À 9h, on me donne des cachets pour déclencher l'accouchement. À 9h30 j'y étais, j'ai souffert horriblement, ma mère et mon homme étaient là. J'ai cru que j'allais mourir. j'étais shootée, morphine et compagnie. J'en pouvais plus. Ma fille se présentait par le siège, elle était mal mise, et le cordon s'est enroulé autour de son cou. Ma fille est sortie, j'ai été anesthésiée, ils ont fini. À 15h30 j'étais dans ma chambre.

Je suis sortie le dimanche, le 27/12, je suis allée la voir, elle était splendide, le portrait de son papa. Et mes mains ! Le lendemain enterrement, très dur nous étions tous en larmes... Rendez-vous à la maternité, mes résultats sont là, rien, ils n'ont pas identifié la cause de l'infection, c'est bon signe, car ça veut dire que c'est exceptionnel, et qu'on a pas refilé une merde à notre fille. Encore deux examens à faire et après c'est bon...

L'affaire est close mais les souvenirs et la douleur restent. J'ai jamais eu si mal et si peur en même temps pour ma vie. Je suis heureuse d'être là mais j'ai si mal... Là je me sens seule même si je suis entourée, j'ai mal, je me sens vide ; elle me manque.     Après tout cela une amie m'a offert un groupe sur msn en mémoire à ma fille, et maintenant je tente d'aider des parents dans mon cas, c'est dur de le faire vivre, mais je m'accroche et je cherche partout de nouveaux adhérents. Si le cœur  vous en dit, écrivez-moi, je vous envoie une invitation.

Merci à vous tous.

Ness
(France)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 29 janvier 2005

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.