Ma puce, mon amour

Depuis ce douloureux 6 avril, ma vie est en péril,
Mon coeur s'emballe et se meurt de ne plus entendre battre ton coeur,
Sans ton amour les couleurs s'atténuent de jour en jour,
Mais tu le sais je t'aimerai pour toujours,
La mort nous a séparés mais notre esprit est uni pour la vie,
Tôt ou tard je te retrouverai dans l'immensité qu'est l'éternité.

Phil n'avait que 53 ans
et n'était pas malade. 

Béa

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 24 août 2012

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.