Pour toi mon cher Eddy...

Pour toi mon cher Eddy,     Deux ans ! C'est si loin déjà et si proche à la fois.

Deux ans que tu achetais cette moto ; deux ans que je tremblais de crainte d'un accident, mais je n'ai pu ajourner cette date plus longtemps.

Deux ans que tu réalisais ton rêve le plus fou, rêve que tu cultivais depuis l'enfance. Je te la gréais tu sais cette moto gagnée avec tes mains, ton travail, mais d'un autre côté, quelle appréhension !!! Mais à chaque fois que tu rentrais, deux coups de gaz, et j'étais rassurée. Combien de fois je t'ai dit « fais gaffe » et à chaque fois tu me répondais : « Je ne risque rien ma petite maman ».

Pourquoi ce 14 juillet (trois semaines exactement après avoir réalisé ton rêve) as-tu eu ce ras-le-bol ? Je sais que ta compagne n'était pas commode, voire méchante avec toi et tes deux petits champions. As-tu pensé ce jour-là, quand tu as décidé d'en finir, à tes deux petits amours, à moi ta maman qui a soupiré tellement de fois face à la peur de te perdre, à tes soeurs...

Pourquoi m'as-tu demandé ton cadeau d'anniversaire à l'avance ? Parce que tu savais que ce serait le dernier ? Pourquoi ?

Je sais que tu m'attends au bout du chemin, mais quelle souffrance, toi qui me disais si souvent : « Ne te tracasse pas ». Que de larmes versées, que le chemin est long ! Je sais aussi que tu me guides chaque jour, que je peux compter sur ton aide, toi si disponible pour tout le monde si serviable.

Te souviens-tu des bons moments passés ensemble ? Tu aimais tellement jouer des blagues. Des mauvais moments aussi, mais j'était pour toi « la reine pour débrouiller les problèmes ».

Pourquoi ne m'as tu jamais parlé de ce calvaire que tu assumais seul depuis 25 ans ? Et quand tu m'as tout avoué, le salopard s'était suicidé fuyant ses responsabilités et te laissant avec le souvenir de ta jeunesse meurtrie.

Dieu est un inconnu pour nous. Pourquoi permet-il, s'il existe toutefois, que l'on salisse des enfants, que l'on donne la vie et que l'on nous reprenne ce que l'on a de plus cher. Pourtant on dit que Dieu est juste !!!! L'enfer tu l'as vécu ici sur terre.

Dis-moi Eddy tu dois connaître tous ces petits anges qui t'ont rejoint dans l'au-delà ; je suis certaine que tu veilles sur eux en tant que bon père de famille que tu es, mais que tu prends aussi soin de tes frères et soeurs de la souffrance comme tu prenais soin de nous. J'aimerais aussi qu'au nom de tous tu me dises, comment ça se passe là-haut. Nous aimerions tellement savoir, être rassurés.

Tu me manques mon grand, toujours plus, mais je ne t'en veux pas. Sois heureux. J'espère que tu as trouvé le bonheur et la sérénité auxquels tu aspirais tellement ici-bas.

Je t'aime Eddy, je ne t'oublierai jamais. À jamais tu resteras dans mon coeur meurtri.

Ta petite maman si triste.

Lucienne
(France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 14 septembre 2003

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.