À Philippe

Ce n'est qu'un au revoir, mon doux,
Comme on prépare un départ, trop flou,
Les années se sont égrenées, doucement,
Mais le temps n'a rien effacé, pourtant,
Hier j'étais mariée, je souriais, insouciante du vent,
Aujourd'hui je suis seule, triste, plus jamais comme avant.

Mais il faut suivre sa route coûte que coûte,
Marcher à contre-courant, sans aucun doute...
Espérer dans cette main qui se tend patiemment,
Rêver aux îles enchanteresses, parfums d'encens.
Rire des jeux d'enfants, des paroles des grands,
Applaudir avec joie des plaisirs simples des gens.

Voilà, je voulais te parler encore une fois,
Te dire je t'aime, avec l'amour, comme autrefois.
Mais te laisser dormir enfin dans ce monde nuageux,
Où les anges et les hommes n'ont plus de larmes aux yeux...
Adieu

Marie Noëlle
Pierrefeu du Var (France)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 20 décembre 2008

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.