Ma petite maman...

Le 28 mars 2001 a été la dernière journée de ta vie. J'étais à tes côtés. Quand tu as poussé ton dernier souffle, je me suis approchée et je t'ai prise dans mes bras pour te bercer doucement. Je te parlais aussi, je te disais que tu étais bien de ne pas revenir.     La maladie qu'est le cancer t'a tellement fait souffrir maman. Je t'ai aidée à partir comme tu m'as aidée à me mettre au monde. On a eu quatre mois avant ton décès, et ces quatre mois m'ont permise à moi de te dire des choses que je n'aurais pas dites. Je t'ai souvent dit « Je t'aime », je ne voulais pas que tu oublies ces mots. Je t'ai prise si souvent dans mes bras. Mais à la fin on ne pouvait plus te toucher tellement ton corps te faisait souffrir.

Tu te souviens Maman, tu m'as demandé de prendre soin de toi car tu ne voulais pas que les infirmières te lavent ou te fassent manger. Je t'ai lavée maman avec tout mon amour. J'ai pris soin de toi pendant la dernière semaine de ta vie, et mon Dieu que tout ça fait mal. Je voulais être là pour ton départ. Je ne voulais pas que tu partes seule. Tu n'es pas partie seule ma belle petite maman. J'y étais. C'est assez dur de voir une personne que l'on aime du plus profond de notre cœur s'en aller comme ça. Tu avais juste 56 ans maman, trop jeune encore pour mourir.

Après la première année tu me manques encore autant, et tu manques également à tes petits-enfants. Je suis certaine qu'il y a dans le ciel une étoile qui porte maintenant ton nom. Je t'aime tant maman, tu me manques terriblement et ça fait énormément de mal. Prends soin de nous tous, et embrasse les étoiles pour nous.

Ta fille Régine xxx
Chicoutimi (Québec)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 juin 2002

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.