J'ai perdu ma petite sœur de 6 ans le 22 décembre 2003, dans un accident de voiture...

J'ai beaucoup de mal-être en moi. J'ai perdu ma petite sœur de 6 ans le 22 décembre 2003, dans un accident de voiture. Ma mère était la conductrice, elle a failli succomber à ses blessures. Heuresement après 1 an de combat ma mère est revenue parmi nous.

Mon père est effondré par la perte de sa petite fille. Ne me parlez plus quand ma mère était hospitalisée. J'ai 9 ans, je réalisais pas vraiment que ma vie avait bousculement changé.

Avant l'annonce du décès de ma soeur, j'ai ressenti comme un coup au coeur. Je me suis arrêtée de marcher, j'ai dit à ma cousine : "Il est arrivé quelque chose à Marion." Étonnée de ce que je lui ai dit, elle me répond : "Ah bon ? pourquoi tu dis ça, c'est n'importe quoi comme tu peux savoir ?" Je lui ai répondu : "Je sais pas mais j'en suis certaine !".

Arrivée chez elle, je vois ma marraine et mon tonton tristes. Ma tante vient avec mon père me voir. Elle me dit : "Julie, maman a eu un accident de voiture. Elle est à hôpital, elle est entre de bonnes mains." À peine finie sa phrase je lui ai dit : "Et Marion je sais qu'il est arrivé quelque chose !" Elle me répond : " Marion est partie au ciel, Julie". Sous le coup du choc j'ai ressenti comme si le monde tombait sur mes épaules. Mon père me rejoint dans la chambre, nous étions seuls. Il me parlait pas, je ne l'avais jamais vu comme ça, comme si juste son corps était présent mais aucun signe de tendresse et de consolation. Choqué, il parlait peu.

Pendant que mon père s'occupe des obsèques de ma petite soeur, j'étais chez ma mamie, mon père m'appelle pour me demander si je voulais voir ma petite soeur une dernière fois à la morgue. J'ai répondu clairement : "Non, je veux pas avoir ce souvenir toute ma vie de la voir comme ça. Je veux le souvenir qu'elle soit joyeuse et en vie !". Mon père compréhensif et rassurant me dit : "D'accord."

À l'enterrement de ma soeur, ma mère était toujours hospitalisée. Ce jour-là, j'étais présente physiquement mais je peux vous dire que mon esprit était ailleurs. Toujours sous le coup du choc de l'imaginer dans son cercueil alors que je n'avais que 9 ans... Je réalisais toujours pas.

Au fur et à mesure, ma mère est rentrée à la maison et c'est là que j'ai réalisé que ma soeur avait réellement disparu. 3 assiettes au lieu de 4, pleins de petits détails mais qui nous font mal.

À la rentrée des vacances de Noël, je rentre en classe. Ayant la vue sur la classe de ma soeur de CP je la cherche, je regarde encore et encore, personne... Je me suis mise à pleurer et une dame (une psychologue) arrive et me dit : "Ça va aller Julie...". Ayant tellement de douleur et de chagrin je lui tapais dessus comme si c'était la réalité qui me tombait dessus.

Maintenant cela fait 12 ans que tu nous as quittés, malgré qu'on reste fort et réservés sur ton sujet. Nous t'aimons et tu nous manques à un point inimaginable... !!!!!!!!

Julie
Quimper (France)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 juin 2015

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.