Papa, Cela fait trois ans et deux mois que tu es parti...

Papa,

Cela fait trois ans et deux mois que tu es parti, je sais que tu n'aurais pas voulu partir autrement que sur ton travail.

Mais la vie est trop dure sans tes conseils, on se comprenait tous les deux sans même parler. Je sais aussi que tu ne voudrais pas me voir triste, mais j'avais et j'ai encore besoin de tes conseils.

J'ai l'impression que quelque chose m'empêche de vivre, je réussis des choses, ma thèse par exemple, mais tu me manques. Et tant que je n'aurai pas trouvé ce que c'est, j'aurai cette sensation de vide immense dans mon cœur.

Je n'arrive pas vraiment à retourner à la maison avec sérénité, tu es présent dans chaque objet de la maison, chaque centimètre carré. Je ne sais pas si François et maman y arrivent eux, François n'en parle pas.

Tu me manques de la même façon qu'il y a trois ans. Pourtant, je voudrais que tu sois en paix et fier de moi.

Je t'aime.

Catherine
Montpellier (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 10 mai 2007

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.