Mon petit frère Francis...

Encore une année sans toi, et des rires qui ne remplissent plus l'appartement de maman au temps où nous étions réunis. Malgré ce temps qui coule sans cesse, mes souvenirs de toi restent à jamais dans ma mémoire. Entre frères on n'ose pas dire que l'on s'aime, pourtant un regard, un sourire parlent pour nous.

Aujourd'hui pourtant il faut que je te dise que je t'aime très fort, et je souhaite de tout mon cœur que ce message de moi vers toi sera possible à travers ce miroir qui nous sépare désormais. Le temps pour moi d'accomplir ma vie ici et de te retrouver enfin un jour de l'autre côté.

Je t'embrasse, ton frère Alain qui ne t'oublie pas.

Alain
Vermeuil-sur-Seine (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 27 juillet 2004

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.