Mon petit, Le 15 septembre 2004 à 5h du matin, tu partais tellement heureux...

Mon petit,

Le 15 septembre 2004 à 5h du matin, tu partais tellement heureux ; cette sortie, tu en rêvais depuis des jours, je te demande de ne pas y aller mais comment te le refuser ? Mon amour, pour la dernière fois à 13h j'ai entendu ta voix et à 22h15 la bombe est tombée : mon garçon était parti, je ne comprenais pas     J'espère toujours que tu arrives car je ne me fais pas à l'idée de ne plus te serrer contre moi, t'embrasser. Tu me manques, je donnerais ma vie pour revenir en arrière mais... Chéri, aide-moi car la haine contre eux est de plus en plus grande, si tu peux, viens me dire si tu es bien, où es-tu, que fais-tu ? Tant de questions sans réponse.

J'espère te retrouver bientôt.

Ta maman qui t'aime et souffre comme un animal blessé qu'on n'a pas fini d'achever.

Maria
Page Web : www.cedric-15ans.ch

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 6 février 2006

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.