Mon fils, mon chéri...

Mon fils, mon chéri,     Je viens de réaliser que je ne vis pas un cauchemar, que c'est la réalité, que tu es parti, que tu nous as quittés.

Ce 14 avril 2002, cela faisait déjà six mois. Six mois d'enfer pour nous tous, six mois d'attente, d'attente que tu reviennes, six mois de recherches, de signes. Six mois de questionnements (que fais-tu ? où es-tu ?...).

Je ne peux pas croire que la vie t'ait arraché à moi. Je n'ai pas eu le temps de te dire au revoir et ça m'est insupportable. Je voudrais crier au monde entier ma colère, ma souffrance, cette injustice... JE T'AIME TELLEMENT.

Ta maman.

Brigitte Ripet
Charleroi (Belgique)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 29 avril 2002

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.