Mon cher Papi

Tes dernières paroles, je les ai recueillies.
Je me sentais comme folle de te voir affaibli,
Sur ce lit d'hôpital, à souffrir près de moi :
Tu avais tellement mal et t'inquiétais pour moi.

Ainsi tu as glissé dans un profond coma.
Nous avons tant pleuré, devant ce dur combat.
Nous sommes restés ensemble veillant à tes côtés
Et encore j'en tremble, mais tu nous as quittés.

Malgré toutes nos prières et malgré notre espoir,
Toi mon tendre grand-père tu n'auras pas pu voir
Notre profonde douleur, notre si grand chagrin.
Tu es parti sans peur vers un nouveau chemin.

La peine au fond de nous ne s'effacera pas,
Mais les souvenirs sont doux, tes sourires restent là.
Et si parfois je m'emporte, j'en resterai fière,
Car il s'agit en sorte des liens du caractère.
Tu restes dans mon coeur mon papi adoré
Rappelé avant l'heure vers cette éternité.

Notre papi gâteau, généreux et aimant,
Je te dis à bientôt et t'embrasse tendrement.

Kalouko

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 24 juin 2004

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.