Mon Boulou, tu me manques toujours autant et de plus en plus...

Mon Boulou, tu me manques toujours autant et de plus en plus. Je voudrais tellement revoir encore une fois tes yeux si bleus, tes cheveux. Je voudrais tellement entendre le son de ta voix. Depuis que tu es parti « de l'autre côté », cette douleur s'est installée dans mon cœur et ne me quitte plus ou si peu. Mais comment pourrais-je ne pas penser à Toi.

Si je pleure, si j'ai le mal de vivre, ce n'est pas pour te faire de la peine, pas du tout : c'est parce que je t'aime comme une maman et une maman qui a perdu son enfant a beaucoup de mal à continuer même si ta maman a la chance d'avoir sa Famille et des Amis et surtout ton Papa et ta Sœur qui va bientôt donner naissance à une petite Fille.

J'espère que toutes les années à venir passeront vite et que le moment venu tu viendras me chercher ainsi que ton Papa à qui tu manques tellement. Nous sommes si fiers de Toi Boulou.

Pourquoi t'ont-ils laissé seul dans la détresse ce soir-là ? Pourquoi es tu parti ? Et pourquoi ton frère nous fait-il tant de mal ?

J'espère que je serai une bonne grand-mère pour ma petite-fille qui arrive : je lui parlerai de Toi et je sais que ta Sœur à qui tu manques énormément lui parlera aussi de Toi.

Chaque jour qui passe nous rapproche de Toi. Je t'aime mon Boulou et où que tu sois, travaille bien et viens en aide aux autres. Que Dieu te protège et qu'il protège tous ceux que j'aime, et même ceux qui me font du mal je leur pardonne car ils ne savent peut-être pas ce qu'est la souffrance.

Ta maman qui te demande pardon de ne pas avoir pu te protéger.

(Anonyme)
(France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 17 septembre 2007

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.