Lualdo, ma puissance d'Amour, tu naquis. 19 ans sont passés...

Lualdo, ma puissance d'Amour, tu naquis. 19 ans sont passés à profiter ensemble de cette puissante liberté. Joyeux et plein de vie, que nous rassembles-tu ici ? Chacun de nous, mon fils, te rattrape et t'enlace. La beauté de ton être, la fierté de ton allure, les promesses de ta quête à vivre dans l'Amour, nous comblent de bonheur.

Lualdo, mon seigneur, mon être de lumière, mes pas suivent les tiens, les tiens suivent les miens, on est toujours unis. Tu détestes la méchanceté, le mépris, la haine, et les cons t'ennuient, mais tu les aime quand même de plus loin, nous aussi. L'harmonie est ta quête, toi qui aime la beauté, de cet être suprême, l'Amour... imposé, de la simple rencontre, la vision d'inconnus qui passent à tes côtés, en un fragment de seconde envahit leurs pensées.

Amoureux, gourmand aux risques insensés, tu as fait un faux pas d'une telle cruauté ! nous déchirant le cœur profondément blessé. Ton ardeur et ta fougue sont terribles et brutales, sans que personne ni rien ne puisse te retenir. Nous t'aimons pour toujours d'un invincible Amour, chaque seconde de notre souffle, celui qui me permit d'écouter ta voix, si belle et ton souffle si profond.

De l'homme comète, je parle à une étoile, tu as mille ans et plus, drôle de monde, drôle de gens, drôle d'époque, tu es très différent comme le sont tes parents, nous simplement. C'est bien d'être unique quand tout se ressemble trop. Tu n'as pas fait le choix de partir à cette heure, on t'a capté ailleurs !

Loualdo devient homme, universelle ardeur, fervent contre l'injuste, tu forces tout le monde à regarder et vivre différemment sur cette toile.

D'un papillon à une étoile.

Maman

Béatrice
La Ferté-Alais (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 25 juin 2007

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.