Florian

oi, notre premier enfant
Celui que l'on attendait tant !
Fin novembre, tu t'es annoncé
L'examen sanguin l'a confirméPapa et maman n'en revenaient pas :
Ils étaient fous de joie !

Décidés à garder le secret jusqu'à Noël
Pour faire à tous, une annonce officielle
Ils n'ont pas tenu plus de quelques jours
Pour révéler à certains le fruit de leur amour

Pour la famille, il leur a fallu tenir leur langue
Jusqu'au réveillon du 24 décembre
Puis n'en tenant plus de cette circonstance
Enfin, ils ont annoncé ton existence

C'était la fête, ce fut un jubilé
Les larmes s'y étaient invitées
Ça y est nous y étions arrivés !
Un bébé sera là en juillet

Les semaines passaient rapidement
Tes parents étaient très contents

À ton cinquième mois, arriva une mauvaise nouvelle
Ton petit cœur s'était mal développé
Tous les médecins étaient formels :
On ne pouvait même pas t'opérer

Qu'elle a été dure à prendre cette décision !
Te laisser grandir, en sachant que tu allais mourir...
Ou bien arrêter là une petite vie qui ne méritait pas de souffrir ?
Papa et maman, tous deux à l'unisson
Par un acte d'amour
N'ont pas voulu que tu voies le jour

Dès que nous avons pu te voir
Ton petit nez, tes beaux cheveux noirs
Nous avons été très fiers
Que tu n'aies pas souffert

Petit bébé, petit Florian
Que nous aimons tant
Part en paix
Nous ne t'oublierons jamais

Papa et maman

Pour mon premier enfant
disparu le 25 avril 2002

Stéphanie
Meyzieu (france)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 24 juin 2002

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.