La fleur du souvenir

Le coquelicot, fleur mémorable qui n'oublie jamais...
De couleur pourpre tachée de sang
Tu fleuris la mémoire de nombreux soldats
Qui par bravoure sont morts au combat.
Tu es apparue un matin au milieu d'un champ de bataille
Solitaire, entourée par des milliers de combattants
Qui d'une démarche lourde et militaire
Ont foulé tes pétales sous leurs pas
Souillant ainsi ta bannière de fleurs.
Mais tu as eu compassion pour eux...
Déterminée à ne pas te laisser anéantir
Tu es demeurée prospère
Malgré la poussière et les cendres brûlantes...
Avec amour, tu t'es mêlée au bataillon.
Sorties d'une terre aride,
Tes racines agitées et dispersées par l'éclat des bombes
Ont arraché à la boue leurs chaudes larmes de tristesse
Afin de les contenir dans un calice noirci
Qui hélas ne dégageait aucun parfum.
Mais de noble fleur que tu es,
Tu as tressailli d'espérance
En souvenir de tous ces soldats tués pour la patrie...
Et ton coeur blessé par cette sanglante milice
A pris la couleur de ces gouttes de sang
Qui ont perlé sur ta tige
Puis avec compassion, tu as su apaiser leurs sanglots.
Humblement au son du clairon,
Tu t'es dressée fidèle au garde-à-vous
Fleurissant sous tes racines
La mémoire de tous ces coeurs froissés.
Et c'est souvent sous silence
Que tous ces soldats ont trépassé.
Mais toi le tendre coquelicot tu ravivais leur vie de déboire
Projetant dans leurs rêves des jardins fabuleux
Aux couleurs de tes fleurons glorieux...
Et à leurs yeux tu avais vraiment cet air de rose.
Même dans cette réalité de guerre toi le tendre coquelicot
Tu as su écouter leurs cris de détresse
Lorsque désespérés
Ils ont avancé sous la pluie des bombes et de la mitraille...
Ainsi, lorsque les soldats te voyaient croître au milieu des ruines
Tu leur apportais un élan de courage...
Ils devenaient alors intrépides
Allant jusqu'à donner leur propre vie
Pour sauver leurs frères et leurs soeurs démunis.
Tu étais pour eux la fleur de l'espoir
Leur emblème de liberté.
Toujours en prospérant malgré ses nombreux tués
La grande armée a continué pour nous son ascension
Afin de défendre notre pays.
Et toi aussi le coquelicot tu te multipliais...
Avec assurance, tu étendais ton espèce
Au-delà de ces débris de fer et d'argile
Comme une fleur dans un désert.
Courageusement, franchissant pour nous des horizons barbelés
Le jeune soldat a poursuivi son périple jusqu'au bout de son sang...
Et à fleur de peau, à son dernier souffle,
Il a crié Victoire!!!!
Au silence propice de tous ces canons éteints...
Il est mort pour nous...
Mais son nom ne passera jamais à l'histoire.
Seulement une croix de fortune surplombe son corps
Enterré au champ d'honneur...
D'un pas plus lent, portant pour lui son drapeau,
Ses compagnons ont poursuivi son combat
Jusqu'à la libération finale de notre pays.
Et en ce jour mémorable
À 11 heures du matin
Un jeune coquelicot est venu fleurir
Sur la tombe du soldat inconnu...

Pour la mémoire de mon père,
vétéran de l'armée enterré au champ d'honneur...

Nelson
Montréal (Québec)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 31 octobre 2010

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.