Elle s'en va

Elle s'en va

Ma grand-maman que j'aimais tant
Est devenue trop fragile pour lutter contre le temps
Cette grande dame âgée
Après toutes les épreuves traversées
Souriait encore,
Jusqu'à son dernier souffle
Elle voulait nous faire croire
Qu'il y aurait encore de beaux jours.

Elle s'en va
Ou plutôt devrais-je dire
Qu'elle n'est déjà plus là
Et moi je la regarde
Je la laisse partir
Au lieu de monter la garde
Pour l'empêcher de nous quitter
Je n'en ai plus la force
Tout était si beau avant que ça se corse
Mais j'ai ouvert les yeux sur la triste réalité
J'ai grandi, j'ai vieilli
Et elle est partie
Ne nous laissant que des regrets
Il nous reste des photos, des secrets
Ces petites choses que l'on chérit
Lui léguant quelques Je t'aime, quelques Merci
Les larmes et les cris sont vides de sens
Car au fond nous la pleurons en son absence
Ou peut-être qu'elle nous regarde en silence
Délivrée de sa souffrance
Elle part en toute aisance
Son souvenir nous habitant en permanence
Ceux de son visage ridé
Son regard attristé
Ses mains tremblantes
Et ses paroles rassurantes
Nous les garderons au chaud pendant l'hiver
Regardons de l'avant, au lieu de penser à hier
Tu as mérité son repos éternel
Le vent te portera mon Je t'aime jusqu'au Ciel...

Rosalie, 12 ans
Gaspé (Québec)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 17 juillet 2009

Commentaires (2)

Rosalie, toutes mes félicitations pour ce très beau poème qui concerne le décès de ta grand-maman.
Je te trouve bien sage pour tes 12 ans...
Tu sais, comprendre et accepter que l'on naît un jour, mais que nous allons tous aussi mourir à notre heure, permet de réaliser combien la vie est précieuse. Cela nous invite naturellement à remercier pour ce que l'on a, à dire aux gens qu'on les aime, à être vrai dans nos relations, à faire de meilleur choix, alors que c'est encore possible pour nous. Et n'oublie jamais que l'amour est ce qu'il y a de plus grand en ce monde, alors même la mort ne peut nous l'enlever. Ta grand-maman restera donc présente dans ton coeur et je suis certaine qu'elle continuera à veiller sur toi de là-haut. Continue de développer cette belle sagesse en toi en posant des gestes qui feront une différence dans la vie des gens qui croiseront ta route. Ainsi, quand ce sera ton tour un jour de quitter cette vie, tu seras heureuse de ce que tu auras accompli....

Hélène Giroux, 27 septembre 2012

Rosalie, ton texte est vraiment impressionnant. En même temps que tes regrets, tu exprimes ce que peut être une grand-maman pour sa petite-fille. Je suis une grand-maman. Merci.

Angèle, 31 juillet 2017

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.