J'écris car j'ai perdu un de mes très grands amis...

Bonjour.     J'écris car j'ai perdu un de mes très grands amis le 24 novembre dernier. Claude, il avait 31 ans, s'est enlevé la vie. Son frère m'a appelé de l'hôpital pour me l'annoncer et c'est moi qui ai dû le dire à sa sœur. Je suis allée la chercher chez elle et nous sommes allés à la morgue, on voulait le voir.

J'ai 30 ans et depuis qu'on a 3 ans qu'on se tenait ensemble. On était une petite clique depuis l'enfance. Moi, ma sœur, mon frère, Claude, sa sœur et son frère. On a grandi ensemble et on se considère tous de la même famille. Je pense souvent à lui, je rêve à lui souvent aussi.

Ce qui est dur c'est que mon entourage ne veut pas en parler et moi, j'ai envie qu'on parle de lui. Juste avec sa mère que j'en parle et avec la mienne. On dirait que les autres disent : c'est fait maintenant, passons à autre chose. Mais moi, je ne suis pas prête à passer à autre chose, pas tout de suite. C'est trop gros, trop horrible. On dirait qu'on peut parler de lui les semaines suivant sa mort mais pas les mois après. Je m'ennuie de lui, je pense à lui en silence sinon je me fais dire que je suis restée accrochée.

Il faut vraiment apprendre à vivre avec un morceau en moins et accepter que la vie ne sera plus jamais la même mais c'est tellement dur à accepter cela.

Bonne chance à tous, lâchez pas, la vie est si courte qu'elle vaut la peine d'être vécue pleinement.

Martine
Drummondville (Québec)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 27 mai 2002

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.