Deux ans le 15 janvier 2000, mon fils bien aimé nous quittait...

Deux ans le 15 janvier 2000, mon fils bien aimé nous quittait. Il a 35 ans, deux enfants qu'il adore, des parents qui croient lui avoir tout donné et pourtant, le 15 janvier 2000, mon fils se suicide. Une crise dans le couple, la séparation, la perte de ses enfants, il est déjà fragile et c'est la fin.     C'est le début de la fin pour nous, son père, sa mère, sa sœur et son frère. Existe-t-il des mots à mettre sur cette douleur si profonde. Je rêve de lui enfant, je le vois vers l'âge de 6 ans, je tends mes bras pour le prendre, le cajoler, le bercer, lui chanter des petites chansons. Mon Dieu quel grand vide. J'ai beau lire, toutes les pages, réciter tous les poèmes, écouter les meilleurs chansons, il manque toujours l'étincelle de joie que mon fils allumait lorsque je le voyais. J'en parle toujours au présent, je n'ai pas accepté le mot partir pour toujours.

Il m'a laissé deux beaux enfants, et j'ai deux autres enfants et quatre autres petits enfants mais un coin de mon cœur n'est jamais plein. Je vis au jour le jour, je remercie le Seigneur pour sa bonté envers moi et son accompagnement chaque jour. Si je n'avais pas eu la foi aussi active, je ne sais pas où le prendrais le courage pour aller plus loin.

J'ai besoin des gens autour de moi qui me nourrissent par leurs témoignages et je les nourris aussi par le mien. Merci de me lire.

Maria
Pabos (Québec)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 28 février 2002

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.