Le départ

Il est temps, grand temps de partir
Cesser de souffrir, cesser de vieillir
Il est temps de m'assoupir
De laisser la terre sur mon corps fleurir.

N'en déplaise à mes proches que j'aime tellement
La douleur est atroce, insupportable en ce moment
Je me laisse donc couler doucement
Pour m'éteindre si lentement.

J'y suis presque, j'y arrive si vite
Plus qu'une lueur éphémère qui m'habite
Petite lueur pour l'instant qu'est cette belle lumière qui m'invite
Mais qui me laisse quand même partir avec tout le mérite.

Le mérite d'avoir accepté les faits
La force d'avoir fait mon choix tel qu'il est
La sagesse de m'être battu comme le roi que j'étais
L'honnêteté d'avoir su rendre les armes dans le respect.

Tout se passe dans l'honneur, comme prévu
Rien n'est laissé de côté, rien n'est inconnu
Ce moment, si peu souvent je l'ai attendu
Et pourtant tranquillement j'y songe de plus en plus.

Ne me pleurez point, ne me plaignez point
Car la douleur de vos pleurs noiera mon dernier dessein
Celui d'un doux souvenir de nous tous qui, à pieds joints
Jouissait de la vie, ce merveilleux butin.

Gardez le souvenir de nos rires si fréquents
De toute cette chaleur, de tous ces moments
Gardez votre sourire car je serai présent
À chaque seconde de vos vies, à chaque instant.

Je serai à vos côtés pour l'éternité, comme je l'ai toujours voulu
Et vous me sentirez présent, vous serez soutenus
Du fond de votre cœur, vous avez toujours su
Qu'un jour ou l'autre, la bataille serait perdue.

Il est l'heure, il est grand temps
Pour une dernière fois, de vous aimer de mon vivant
De vous donner le plus beau des présents
Mon amour, ma fierté de vous tous et mes plus beau sentiments.

Je pars sans regrets, sans remords, sans vraiment le vouloir
Même s'il m'est arrivé de ne pas y croire
Le jour du départ est arrivé à votre grand désespoir
Mais je pars dans l'amour ; n'est pas ça, la gloire ?

J'ai mené une belle vie, j'en ai bien profité
Du premier jour jusqu'au dernier
Avec tout mon amour, toutes mes pensées
Je vous envoie mon dernier baiser.

Poème écrit à l'occasion du décès de mon père

Richard
(Québec)

Classé dans : Poèmes Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 31 octobre 2003

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.