Comme la vie peut-être tellement dure parfois, il y a des obstacles qui nous sont parfois si difficile...

Comme la vie peut-être tellement dure parfois, il y a des obstacles qui nous sont parfois si difficile à vivre. Moi j'ai perdu mon seul frère car je n'ai pas de sœur ni d'autre frère. Du jour au lendemain tu te retrouve seule, enfant unique, moi qui pensait que mon frère serait toujours là s'il arrivait quelque chose à mes parents, c'est la preuve que l'on ne tient qu'à un fil.

Je me sens si seule sans lui. Comme nous n'avions que 3 ans de différence nous étions très proches, il est décédé à 34 ans et moi j'ai 37 ans.

J'ai deux beaux enfants (une fille et un garçon) que j'adore, un chum formidable et qui a un fils adorable lui aussi.

J'ai tellement de peine en moi qui se retient. Lorsque je vois mes parents avoir autant de peine, je me dis sois forte ils ont besoin de toi. Je sais que je ne suis pas une superwoman mais on dirait que ça bloque, et quand ça sort je peux pleurer 1/2 heure.

Je sais tout de même que je n'ai plus de petit frère mais un grand frère qui m'aide car je sais qu'il est là, parfois je le sent là tout près de moi et c'est ce qui m'aide. Je lui parle tous les jours où que je sois, je le regarde tous les jours (sur sa photo dans mon salon ). Il est là, il me manque beaucoup, sa présence me manque, son rire et sa joie de vivre.

Un jour je sais que nous nous reverrons, mais pour l'instant je me laisse bercer dans les beaux souvenir qu'il m'a laissés. Et je sais que seul le temps viendra mettre un baume sur ma blessure.

Je vous envoie mon message d'amour à mon frère qui me manque beaucoup.

Annie
Matane (Québec)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 31 mars 2007

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.