Cinq ans déjà que tu es parti mon fiston. Tu avais 16 ans...

Cinq ans déjà que tu es parti mon fiston. Tu avais 16 ans, toute la vie devant toi comme on dit. Tu as choisi un 13 avril 2001, un vendredi saint !     Tu me manques, le temps passe mais rien n'y fait. Il y avait eu papa en 1996...

Je me retrouve sans vous. J'ai essayé de vivre pour que vous soyez fiers de moi.

Vous avez vu, j'ai rencontré quelqu'un. J'ai vendu la maison notre maison, j'ai pris ma retraite, et suis venue le rejoindre. J'ai abandonné ta sœur mon grand à 450 km parce que je pensais pouvoir mériter un peu de bonheur.

Hélas il me harcèle, me manipule, me fais pleurer je n'en peux plus je comprends ton geste mon fiston. Si j'avais ton courage j'en ferais autant mais il y a ta sœur. Elle a tellement de chagrin !

Alors tu vois ce soir je suis devant cet écran à pleurer, à me demander ce que je vais devenir. Complètement anéantie comme il y a 10 ans, et puis 5 ans après... Que vais je devenir seule ici ?

J'espère que vous êtes retrouvés toi, papa, Odette, Denise. Mon Dieu, que de départs !

J'ai hâte de vous retrouver. Je vous aime très fort.

Evelyne
(France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 12 avril 2006

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.