À Caroline... Nous étions toutes petites, innocentes...

À Caroline...

Nous étions toutes petites, innocentes... on s'est connues dans la rue de notre petit village. C'est d'ailleurs grâce à nous que nos parents sont devenus des amis. Des moments inoubliables avec ton frère Fréderic... On jouait tous, insouciants.

Les années passent. Chacun vit sa vie, mais l'amitié reste. Puis tu pars travailler un matin... et on ne sait pas pourquoi, tu as ce terrible accident qui t'enlève la vie. Toi qui a tout pour toi... la fleur de l'âge, la beauté, la compassion, la gentillesse, l'intelligence. Je ne finirais pas de te décrire. Toi mon amie d'enfance, je t'ai vue reposant, inerte... et je n'arrivais pas à croire que tu n'étais plus avec nous.

Je pense à toi toujours... je ne t'oublierai jamais. Je t'aime et je sais que tu veilles sur moi. Je te demande de venir m'accueillir au royaume du ciel.

Ton amie,

Fadela
Bruxelles (Belgique)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 18 janvier 2008

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.