Boulou, Je t'écris cette lettre, je ne te vois plus...

Boulou,

Je t'écris cette lettre, je ne te vois plus, ne t'entends plus et tu me manques. Notre maison parait si vide par moments.

Tu dois être bien quelque part là-haut, je ne sais où. Comme ce soit être beau. J'en suis heureuse pour toi et j'espère que le moment venu, tu viendras nous chercher, Papa et Moi.

En attendant, la vie continue comme tu dois le voir. Difficile sans toi. Mais beaucoup de bonheur encore avec ta Soeur son Mari et leur adorable petite Fille, et ce Bébé qui doit arriver.

Bonheur malheur pas facile de gérer quelquefois. Peu de personnes comprennent. Les fêtes si dures sont adoucies par la présence de notre petite Fille que nous aimons et qui nous le rend bien. On aimerait bien être plus entourés quelquefois tellement tu nous manques, tellement on a mal. Mais voilà c'est comme cela. Il faut accepter le destin. Comprendre que ce malheur nous a malgré tout fait avancer et comprendre beaucoup de choses. Nous sommes totalement différents.

Tu vois, heureusement, quelques personnes proches comprennent, nous soutiennent comme nous les soutenons je l'espère. Les amis nous laissent tomber. Tant pis, nous ne sommes pas décidés à t'oublier pour eux. Nous sommes différents et nous souffrons de leur manque de compréhension. Il y a tellement de parents dans notre cas. Comme je pense à eux souvent et comme j'aimerais pouvoir les aider.

Je t'aime très fort, encore et encore. Je t'embrasse mon grand. Prend soin de Toi, de ta Soeur, de son Mari, de leur petite Fille et du Bébé qui arrive. Protège ton Papa et ton Frère. Si tu le peux.

Ta Maman qui t'aime et qui aime ses enfants et petits-enfants plus que tout.

Rose
Nevers (France)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 17 juin 2010

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.