Après 20 ans de vie, seule avec mes 2 enfants...

Après 20 ans de vie, seule avec mes 2 enfants, et Charles, 14 ans de vie, lui aussi monoparental... Moi 45 ans et Charles 52 ans. Ses enfants étaient autonomes, et même qu'il était grand-père 4 fois. Moi de mon coté, mes enfants venaient tout juste de quitter le foyer pour aller s'installer dans leur appartement. Alors moi et Charles nous nous sommes rencontrés le 1er juillet 2008 au festival du Jazz à Montréal. Suite à cette soirée, nous nous sommes fréquentés, avec toutes les qualités qu'un couple pouvait avoir, sincérité, intégrité, politesse, respect et beaucoup de plaisir, de joie et de sports. Charles était un sportif invétéré.

Alors en juin 2010, Charles me demande de vivre ensemble. Il était toujours chez moi de toute façon, nous étions déjà soudés d'amour. Alors il vient vivre chez moi dans le but de se marier un jour et d'acheter une maison que nous avions visitée à Saint-Joseph-du-Lac. Tous les 2 étions tombés en amour avec la même maison. Alors nous avions de beaux projets tous les deux. Nous étions faits vraiment l'un pour l'autre. Nous sommes partis en voyage d'amoureux et nous nous sommes fiancés à la Riviera Maya le 19 juin 2010.

Charles me disait souvent qu'il avait mal à l'omoplate droite, mais bon, comme il faisait beaucoup de karaté et autres sports, il croyait que c'était musculaire. Alors je le réfère à des massothérapeutes, ostéopathes, physiothérapeutes. Il va à la clinique et le médecin lui dit que c'est bien musculaire, refuse de lui passer une radio. Nous étions au mois de juillet. Jusqu'au jour, rendu au début août, où je lui demande de laisser sa carte de la RAMQ à la maison, que j'allais la porter à la clinique pour qu'il n'attende pas trop longtemps. Il passe une radiographie et on s'aperçoit qu'il a quelque chose au poumon. Alors, il est vu en urgence 10 jours après avec un pneumologue, passe plusieurs examens, le 30 août, il reçoit son diagnostic de mésothéliome pleural malin (cancer du poumon, causé par l'amiante), cause de son travail en 1973 en démolition. OUFFFFFFF quelle mauvaise nouvelle ! Et le médecin lui annonce qu'il a à peu près 3 mois à vivre. Quel drame dans notre vie ! Ce fut le tsunami dans nos têtes. Comment accepter ca... non... inacceptable !

Je suis partie à Cuba chercher du venin de scorpion bleu, une amie m'a dit qu'on avait aidé sa belle mère, qui avait un cancer, avec ce médicament. Je suis alors partie, vraiment un aller retour 46 hres, partie et revenue à la maison. Charles a commencé à prendre ce liquide. Pleins d'espoir... nous ne vivions que d'amour et d'espoir.

Charles tenait toujours malgré tout à nous marier. Alors on s'est mariés quand même le 17 novembre. Mais le soir même, il entra aux soins palliatifs. Notre nuit de noces aus soins palliatifs, mon amoureux couché dans un lit, liés par nos mains, moi assise dans un fauteuil à ses cotés... Passé la nuit à ses côtés... Le lendemain transféré à la maison des soins palliatifs, pour y terminer ses jours. Je me suis complètement donnée corps, âme, amour, respect, je me suis donnée comme je l'ai jamais fait dans toute ma vie. Je ne l'ai jamais quitté d'une minute. Je l'ai accompagné jusqu'à la fin, juste les dernières minutes que je suis tombée dans un choc alors sans conscience, mon amoureux venait de nous quitter.

Ça fait 14 mois et je souffre encore. Je suis passée par les étapes de frustrations, de déni, d'injustice, de mépris, de plusieurs sentiments. Malgré cette immense souffrance j'ai toujours eu mes deux enfants si merveilleux et ma famille immédiate qui m'ont toujours soutenue. Encore aujourd'hui, ils sont toujours là pour moi. Aujourd'hui encore je trouve la vie injuste. Je rencontre un homme après avoir choisi d'attendre que mes enfants soient partis du foyer avant de me consacrer à une relation, et lui aussi il me disait qu'il attendait la bonne, et que maintenant qu'il l'a rencontrée, c'était le temps d'avancer dans la vie. Et en fin de cette histoire, Charles est décédé, moi encore seule. Mais beaucoup beaucoup de cheminement.

Il est encore toujours dans ma tête et dans mon cœur. Nous étions encore en lune de miel. Nous avions plein de projets, plein d'amour et la vie vient le chercher... Je me demande où est cette justice sur cette terre. Y en a-t-il une ???????

Michelle
Laval (Québec)

Classé dans : Témoignages Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 22 janvier 2012

Commentaires (7)

Bonjour Michelle,
Je comprends tellement votre souffrance, même si je ne peux me mettre à votre place car chaque souffrance et chaque perte est unique.
J'ai également perdu l'amour de ma vie le 15 novembre 2010, suite à un cancer ORL inopérable (aux soins palliatifs). Évidemment, moi je n'ai pas eu d'enfant avec lui. Il avait deux filles adultes et était déjà grand-père d'un premier mariage.

Nous avons tout essayé, même le venin de scorpion de Cuba. Nous vivions nous aussi d'amour et d'espoir... Mais cette maladie l'a emporté rapidement, après avoir eu le diagnostic le 11 juin 2010. Oui, je trouve moi aussi que c'est inacceptable de séparer deux êtres qui s'aiment par une telle maladie incurable ! Après treize ans d'amour profond et d'un bonheur incommensurable !
Sachez que je suis passée par toutes sortes d'émotions: colère, frustrations, déni, injustice, déprime et une tristesse indescriptible. Cela fera bientôt 16 mois qu'il est parti et je souffre encore énormément... Il est toujours dans mes pensées et dans mon coeur. Nous avions fait des projets et nous avions aussi des rêves !
Quelle injustice.
Claire
Laval (Québec)

Claire, 4 mars 2012

Bonjour Michelle,
Je comprends si bien votre peine. J'ai perdu l'amour de ma vie le 17 novembre dernier, jour anniversaire de votre propre mariage. Nous nous étions rencontrés à l'âge de 18 ans et ne nous étions jamais quittés depuis. 41 ans de mariage, de bonheur... Le cancer l'a emporté en 20 mois. Ma peine est immense et rien ne peut la soulager. Il me faisait rire et apprécier pleinement les choses toutes simples de la vie. Il était beau, grand, fort, simple, courageux, droit, et il aimait tellement la vie.
Doris Lussier a écrit que la vraie mort, c'est de perdre sa raison de vivre. Je me sens presque morte aujourd'hui. La vie n'a vraiment plus la même saveur.
Mais il faut essayer continuer, pour soi, pour les autres, pour les enfants. Je prie pour que tous ceux et celles qui traversent une telle épreuve retrouvent un peu de paix et de confiance en la vie, et pour qu'il existe quelque chose au-delà des nuages, un endroit où nous pourrons retrouver ceux que nous avons aimé.
Bon courage,
Michèle

Michèle, 19 mars 2012

Bonsoir Michelle,
Je comprends votre peine car moi aussi j'ai perdu l'amour de ma vie le 10/10/2011 dans des circonstances dramatiques que j'évoque dans le texte que je lui ai consacré sur ce site.Depuis,je vis avec mon chagrin dans l'indifférence des autres comme une somnambule.Même le soleil me semble froid et triste.Oui,la vie est cruelle,injuste.Il nous faut pourtant continuer à avancer pour ceux qui sont partis,pour qu'ils existent encore à travers nous,dans nos larmes et notre coeur.Je vous embrasse et sachez que vous n'êtes plus si seule.

Huguette, 2 avril 2012

Bonjour Michelle,
Je comprends votre peine car moi aussi, j'ai perdu mon mari le 18 janvier 2012 pour le cancer des poumons. Il venait de prendre sa retaite et il avait 58 ans. J'ai gardé l'espoir tout au long de sa maladie et je l'ai soigné chez-nous jusqu'a la fin. On avait aussi des projets comme tout le monde de voyager et de connaître d'autres personnes. Il était très social et apprécié de tous ses élèves (professeur d'éducation physique) et des collègues de travail. Je suis posée plusieurs fois la question < pourquoi moi et qu'est-ce-que j'ai fait de mal au bon dieu?¨> Ça fait trois mois qu'il est parti et ce n'est pas facile de vivre avec les souvenirs. Je n'appelle pas de ça de l'injustice, c'est que dieu lui a décidé de le rappeller pour qu'il soit un ange pour sa famille et pour tout le monde. Je prie à tous les jours et je vis un jour à la fois. Demain, ce sera un autre jour! Je sais que c'est très dure épreuve à vivre. Je pourrai écrire encore, encore.... Je vous embrasse et sachez que vous n'est pas seule, vous aussi vous avez votre ange à tes côtés. Priez et vous verrez !

Marie-Berthe Malec, 22 avril 2012

J'ai un cancer il me reste 3 mois maximum a vivre et j'aimerais me dire que j'ai toute essayé.Mon fils de 15 ans ma parlé du venin de Scorpion et il veut que je m'en procure pour m'aider à passer cette épreuve.Comment m'en procurer est-il facil d'en trouver à cuba et si oui ou et a quel prix.Merci de me répondre rapidement.

Jean-Marc Paradis

Jean-Marc Paradis, 5 octobre 2012

C'est extrêmement difficle de perdre l'être aimé. Surtout, et je sais de quoi je parle, quand ça faisait si longtemps qu'on l'espérait. Puis, juste au moment où tout redevient beau, où l'amour entre dans nos vies, on le perd.

Mais dis-toi bien que même si nous ressentons une profonde injustice, un vide immense et inqualifiable, la vraie injustice aurait été de ne jamais avoir connu un si grand amour. C'est comme ça que je me console.

Diane

Diane, 22 août 2013

Demain cela fera une semaine qu'il s'est éteint dans mes bras. Alors que nous aurions dû fêter nos 1 an de bonheur et au lieu de ça nous avons appris sa maladie, il est parti en un mois. Nous n'avions pas réalisé l'ampleur du mal et la veille encore nous parlions de sa guérison. Seule la peur de faire de la peine à ma famille me retient à la vie, j'aurais tant voulu partir avec lui, sans que nous le sachions.

Florence, 24 décembre 2013

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.