Le 28 février approche à pas de géant...

Le 28 février approche à pas de géant.

Un vent glacial s'est engouffré dans nos vies, l'espace d'un instant, emportant avec lui le père, le mari, l'ami, le grand-père, l'amant et le confident. Ton dernier et plus merveilleux sourire, tu l'as offert à Benjamin, ton petit homme, ton compagnon de niaiseries.

Tes souffrances étaient telles que tu désirais partir et nous l'avions compris. Nous avions cependant convenu, toi et moi, de partir ensemble mais le destin en a décidé autrement. Sauf que jusqu'au tout dernier moment, tous, nous étions ensemble.

Aujourd'hui, je rends hommage à l'homme que tu as été, bon, généreux, juste et intègre, tendant la main à ceux qui en avaient besoin. Tu as vécu ta vie pour tes deux femmes, ta fille et moi, et pour le petit dernier, ton petit-fils, lorsqu'il s'est pointé le nez. Sois rassuré car, à compter de ce jour, c'est à notre tour, nous tes deux femmes, d'être fortes et de faire en sorte que ton rêve continue à vivre. Tu aimais les défis, tu étais un battant et ça, tu l'as légué à ta fille.

J'ai appris avec toi l'amour, la tendresse, les caresses. J'ai appris avec toi qu'on pouvait reposer nos peines sur une épaule. Tu m'as offert la tienne et j'ai tendu la mienne. Nous ne faisions qu'un. Les orages, nous les avons affrontés ensemble et les journées ensoleillées, nous les avons appréciées ensemble. D'abord tous les deux, ensuite, tous les trois et enfin, tous les quatre. Tu étais fier de ta fille et tu peux l'être encore aujourd'hui. Si tu savais tout ce qu'elle a accompli depuis ton départ, elle a gravi une montagne à elle toute seule. Tu étais fier de Benjamin et Benjamin sera toujours fier de son pépé en Harley.

Tu nous a laissé en héritage l'amour, l'union serrée de notre famille, le bonheur d'être ensemble et la force de se tenir debout envers et contre tout. Tu as été et seras toujours l'homme de ma vie, mon unique amour.

Repose-toi maintenant avec les êtres chers que tu as retrouvés, Dieu sait que tu le mérites amplement. J'ai la certitude en mon coeur et mon âme que tu veilles sur nous de là-haut et je ne peux que t'aimer encore plus fort. L'étoile la plus scintillante dans le ciel, ce sera toi, et moi, je la contemplerai tous les soirs.

Je t'aime.

Paraplume
Montréal (Québec)

Classé dans : Lettres Publié par : La Gentiane - Deuil - Entraide Date : 25 février 2014

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.